fbpx

Troisième volet des réglages de votre appareil, on s’intéresse aujourd’hui à la vitesse d’obturation. Elle fait partie du triangle d’exposition, avec l’Iso et l’Ouverture. Et elle permet de gérer la quantité de lumière qui va toucher le capteur. Elle est donc indispensable à la gestion de l’exposition de votre photo.

Mais savez vous à quoi elle correspond ? Quelle incidence elle peut avoir sur la photo ? Et comment s’en servir en immobilier ?

Je vous explique tout ça en détails dans cet article.

La vitesse d’obturation, qu’est ce que c’est ?

Un appareil photo possède un obturateur, qui masque le capteur numérique en temps normal. Lorsque vous déclenchez une photo, cet obturateur s’ouvre, et la lumière va pouvoir atteindre le capteur de l’appareil, et là, magie… la photo se crée.

Le temps d’ouverture de cet obturateur, appelée aussi vitesse d’obturation, ou vitesse de l’obturateur, correspond au temps durant lequel votre obturateur va être ouvert, et laissera entrer la lumière jusqu’au capteur.

C’est donc tout simplement le temps d’exposition du capteur à la lumière.

On comprend vite que plus l’appareil reste ouvert longtemps, et plus la quantité de lumière qui touchera le capteur sera importante.

A quoi ça sert ?

Pourquoi gérer ce paramètre ?

Vous pouvez définir le temps “d’ouverture” de votre appareil, qui correspond au temps d’exposition du capteur à la lumière.

C’est l’un des trois paramètres qui permet de gérer la quantité de lumière qui va atteindre le capteur.

Le but, c’est de gérer la quantité de lumière, et donc l’exposition de votre photo.

Si vous avez besoin de plus de lumières, vous pourrez ouvrir l’appareil plus longtemps. Au contraire, si vous avez besoin de moins de lumière, vous choisirez une vitesse d’obturation plus rapide.

La vitesse de l’obturateur est corrélée aux 2 autres paramètres qui gèrent la lumière : L’ISO et l’OUVERTURE. Pouvoir définir et gérer la vitesse d’obturation va vous permettre de conserver la bonne exposition de votre photo, et de faire varier les autres paramètres selon vos besoins.

L’incidence sur la photo : Le Flou

Comme les autres paramètres de l’exposition, la vitesse de l’obturateur a une incidence sur la photo.

Mais cette incidence n’est pas directe cette fois ci. 

La vitesse d’obturation peut induire du flou sur votre image, suivant votre sujet.

Comment ?

C’est lié au mouvement.

Si votre temps d’obturation est relativement long, le moindre mouvement de l’appareil ou du sujet sera enregistré sur l’image. Ce qui créera du flou.

C’est un effet qui peut être utilisé volontairement pour des résultats artistiques.

L’image type en “pose longue” (c’est à dire avec une vitesse d’obturation très longue), c’est une image de rivière où l’eau est “diffuse”. En fait, en restant ouvert longtemps, votre capteur a enregistré les mouvements de l’eau et c’est ce flou qui rend la rivière si particulière sur la photo.

C’est la même idée, sur les images de routes où l’on voit les « traînées » de lumières laissées par les phares des voitures.

Le rendu peut être super artistique et intéressant visuellement.

C’est particulièrement important si vous photographiez des sujet en mouvement. Mais aussi si vous prenez des photos à mains levées, en condition de lumière difficile.

Si vous manquez de lumière, vous allez avoir tendance à augmenter le temps d’ouverture de l’appareil, pour faire entrer plus de lumière.

Dans ce cas, si vous tenez votre appareil à la main, le moindre petit mouvement de l’appareil peut générer du flou. Et là, cela devient plus problématique, puisqu’il n’y a aucune volonté artistique.

Vous avez déjà pris des photos en soirée, ou de nuit, et le lendemain, vous vous êtes aperçu que ces photos étaient floues. C’est dû au fait que votre appareil est resté ouvert relativement longtemps, à cause du manque de lumière. Les mouvements du photographe (même infimes), et les mouvements du sujet ont été captés et apparaissent sur la photo.

Comment s’en servir en photo immobilière

En photo immobilière, les conditions de lumière sont souvent difficile. Vous aurez donc tendance à augmenter la vitesse d’obturateur pour avoir plus de lumière.

Vous verrez que dans certaines conditions, votre appareil vous demandera jusqu’à quelques secondes pour pouvoir exposer correctement votre photo.

L’avantage, en photographie immobilière, c’est que le sujet est fixe. Donc ce n’est pas grave si l’obturateur reste ouvert longtemps. La scène étant fixe, vous ne risquez pas le flou…

Sauf que…

Si la scène est fixe, votre appareil ne l’est pas, surtout si vous le tenez à la main. Les moindres mouvements musculaires, le moindre tremblement, va générer du flou, parce que cette fois, c’est la caméra qui bouge.

Vous avez donc 2 solutions, soit vous réduisez la vitesse de l’obturateur pour obtenir un temps plus court d’exposition, soit vous fixez votre appareil.

👉 Dans le premier cas, cela vous obligera à faire des compromis sur les autres valeurs de l’exposition (ISO ou OUVERTURE). Et comme nous l’avons vu dans cet article, ou celui ci, cela peut avoir des conséquences sur la qualité de vos images.

👉 Dans la seconde solution, vous êtes tranquille, même si le temps demandé par l’appareil est long. En stabilisant votre appareil pour qu’il soit totalement immobile, vous vous affranchissez de la vitesse de l’obturateur.

C’est la solution que je vous préconise. Et pour cela, il faut utiliser un trépied.

Une fois fixé, votre appareil sera stable et sans mouvements. Vous serez donc totalement indépendant de la vitesse de l’obturateur.

Cela vous permet de choisir les valeurs que VOUS souhaitez pour l’ISO et l’OUVERTURE.

C’est le meilleur moyen d’avoir des photos efficaces !

Pour aller plus loin

A nouveau, je vous invite à mettre en pratique cette notion, et à essayer de réaliser des photos dans des conditions de lumière difficile. 

Vous verrez vite que les temps d’exposition que vous propose votre appareil seront long. Jusqu’à plusieurs secondes.

Essayez alors de faire des photos nettes en tenant votre appareil à la main…

…Et raisonnablement, vous comprendrez rapidement pourquoi je vous préconise d’utiliser un trépied pour vos photos d’intérieur.

D’ailleurs, ce n’est pas pour rien que je propose des trépieds dans la liste du matériel que je vous préconise en photos immobilières. Je sais que c’est lourd et encombrant (j’en transporte un à chaque fois), mais je vous l’assure c’est vite indispensable.

Pas encore de commentaire... A vous de jouer !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *